Saint Nicolas ce héros

Saint-Nicolas, Saint patron et protecteur des enfants et de la Lorraine, est fêté tous les 6 décembre, surtout dans l’Est de la France et dans le Nord ainsi que dans quelques pays d’Europe.

L'histoire de saint Nicolas

Nicolas de Myre, plus connu sous le nom de saint Nicolas, est un évêque né à Patare en Lycie aux environs de 270 et décédé le 6 décembre 335 dans la ville de Myre. Vénéré par la plupart des traditions chrétiennes, il est célébré le 6 décembre (jour de sa dormition) et le 9 mai (jour de la translation de ses reliques).

Orphelin dès son plus jeune âge, saint Nicolas est élevé par son oncle, également prénommé Nicolas et évêque de Myre. À sa mort en l’an 300, c’est le futur saint Nicolas qui reprend la fonction épiscopale. Le saint accomplit alors des miracles qui bâtissent son aura, sa légende et ses nombreux patronages. Il veille par exemple au respect de ses fidèles malgré l’emprisonnement des chrétiens de Myre et obtient même de l’empereur Constantin un abaissement des impôts en plaidant la cause des habitants de Myre à Constantinople.

Nicolas de Myre joue un rôle très actif dans la lutte contre l’hérésie de l’arianisme, allant jusqu’à frapper Arius, le prêtre défenseur du dogme.

La légende lorraine de saint Nicolas

Cette ballade est un ancien cantique du xve siècle, repris par Gérard de Nerval trois cents ans plus tard. Le poète, séduit par cette légende, en créa une nouvelle version mise en musique par Armand Gouzien.

Il était trois petits enfants
Qui s'en allaient glaner aux champs.

S'en vont un soir chez un boucher :
Boucher, voudrais-tu nous loger ?
Entrez, entrez, petits enfants,
Y a de la place, assurément.

Ils n'étaient pas sitôt entrés
Que le boucher les a tués,
Les a coupés en p'tits morceaux
Mis au saloir comme pourceaux.

Saint Nicolas au bout d'sept ans
Vint à passer dedans ce champ,
Alla frapper chez le boucher :
Boucher, voudrais-tu me loger ?

Entrez, entrez, saint
Nicolas,
Y a de la place, il n'en manque pas.
Il n'était pas sitôt entré
Qu'il a demandé à souper.

Voulez-vous un morceau d'jambon ?
Je n'en veux pas, il n'est pas bon.
Voulez-vous un morceau de veau ?
Je n'en veux pas, il n'est pas beau.

Du p'tit salé, je veux avoir
Qu'il y a sept ans qu'est au saloir.
Quand le boucher entendit ça,
Hors de sa porte il s'enfuya.

Boucher, boucher, ne t'enfuis pas
Repens-toi, Dieu te pardonn'ra.
Le grand saint étendit trois doigts
Les trois enfants ressuscita.

Le premier dit : j'ai bien dormi.
Le second dit : Et moi aussi.
Et le troisième répondit :
Je croyais être au Paradis.

(d'après la version de Gérard de Nerval)

 

 

La légende racontée par les étudiants Erasmus de Nancy

La légende racontée par les étudiants Erasmus de Nancy

Découvrez aussi La légende de saint Nicolas traduite par les étudiants internationaux à Nancy

Informations annexes au site

En complément