Vandoeuvre-lès-Nancy

Gérard Georgel – Responsable des Relations Publiques

Publié le

"Cela respire Saint-Nicolas" de partout et c’est bon.

Monsieur Georgel, vous cachez un joli trésor de Saint-Nicolas dans une belle malle ?

Serions-nous démasqués ? Rires

Nous avons effectivement une belle collection de costumes faits main, de conception artisanale, réalisés au fil des années, auxquels nous tenons énormément. Nous les conservons précieusement, non pas dans une malle, mais dans un local dédié à cet effet.

Ces costumes représentent un gros investissement, tant en termes de temps que d’argent. Les deux sœurs, maîtres d’oeuvre de leur création, y consacrent beaucoup d’énergie aussi. Et ils sont tellement beaux ! C’est la raison pour laquelle nous avons fait le choix de les garder et d’en prendre soin. Ils sont majoritairement comme neufs et ont bien vieilli. Imaginez quand même que la redingote en paillettes que j’ai revêtue lors de mon premier défilé en 2000, je la remets encore ! C’est pareil pour les costumes de cirque et d’animaux, les costumes antillais aussi, sans compter notre collection de vêtements Renaissance et tant d’autres encore...

Certains costumes peuvent être repris en l’état pour un nouveau défilé, d’autres sont retravaillés et repassent dans la machine à coudre, pour démarrer « une autre vie ». On peut aussi leur ajouter quelques accessoires ou gadgets, comme des lumières led par exemple pour les mettre en lumière.

Cette année, on va voir ce que l’on va faire.

Comme nous sommes très impliqués dans le Défilé de Nancy, nous réalisons non pas un, mais deux chars. Le premier « Un amour d’opéra » mettra l’accent sur les amours anachroniques, les amours impossibles, comme par exemple un petit rat d’opéra avec un gros chat, un chien avec un chat… C’est notre manière à nous aussi de mettre en avant le centenaire de l’Opéra National de Lorraine. Le second s’intitule « Le monde fantastique des Crocs'Mignons ». L’équipe technique et administrative qui s’occupe de la conception des chars a passé au préalable en revue les personnages enfantins qu’on fait évoluer ensuite pour éviter les droits et les problèmes de copyright. Je dois avouer que tous, on se régale. On est une équipe extraordinaire qui se complète bien.

Et le Défilé dans tout ça, vous le vivez comment ?

Le Défilé à Nancy, c’est sublime, extraordinaire ! C’est magique, magique, magique... (25 fois). On vit des moments inoubliables au contact direct des Lorrains. J’adore, entre parenthèses, ma région et je me bats pour que saint Nicolas vive encore très longtemps. J’ai d’ailleurs la chance de faire partie de l’équipe qui a travaillé sur le dossier pour l’inscription au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, avec une autre personne de la commune d’Art-sur-Meurthe et toute l’équipe de Nancy. Je suis très heureux de participer à cette belle démarche. Cette reconnaissance mondiale sera une récompense exceptionnelle pour tous les Lorrains !

Mais revenons-en au Défilé. On ne peut pas se figurer le bonheur qu’on ressent pendant la construction mais aussi l’émerveillement qui nous habite quand ils sortent pendant le Défilé, ces machins-là ! Dans le cortège, on rigole, on s’amuse, on veut faire partager notre bonne humeur avec le public. La vie est tellement compliquée, on vit des moments pas toujours faciles. Durant le Défilé, on est dans un autre environnement, on sort de notre quotidien, c’est comme si on était hors du temps. Et on reçoit tellement en retour, que ce soit des spectateurs mais également de nos gamins sur les chars qui nous gratifient de leur attitude et de leurs réactions face au public, un pur bonheur !

Et puis, on ressent aussi la sérénité dans la Ville, le calme, la communion, pas que pendant le défilé, mais aussi pendant toute la période des fêtes. « Cela respire Saint-Nicolas » de partout et c’est bon ! C’est la Lorraine, c’est nous !  L’ambiance est chaude, chaleureuse, posée, apaisée. Il y a une belle osmose qui se crée à ce moment-là. On a la chance de vivre cela, profitons-en !

Quel est votre meilleur souvenir des Fêtes de Saint-Nicolas ?

Oh là, j’en ai plein! La première image qui me vient à l’esprit, c’est le passage de saint Nicolas, accompagné du Père Fouettard, dans chaque maison de notre village, près de Baccarat, le soir du 6 décembre. Je pourrais redessiner la cuisine dans cette ancienne boulangerie partagée avec Pèpère Georgel et Mèmère, vous décrire la couleur des murs et la gazinière près de laquelle nous les attendions impatiemment, à la fois anxieux et heureux !

La seconde image, c’est la Saint-Nicolas des boulangers organisée dans la salle Poirel. Tonton venait tout spécialement nous chercher en voiture avec papa pour qu’on assiste au spectacle et qu’on monte sur scène pour la photo et le cadeau. Je m’arrête là car il y en aurait encore plein d’autres à raconter...

Informations annexes au site