Amicale du Grand Nancy

Pascal Barthélémy - Bénévole

Publié le

Notre char, c’est un peu « notre bébé ».

Monsieur Barthélémy, racontez-nous la version « super-héros » 2019 de la légende de saint Nicolas.

Ce 6 décembre 2019, saint Nicolas a disparu. C’est la catastrophe ! Tout le monde le cherche, vainement.

Comme il n’existe qu’un petit reporter, c’est bien évidemment « Tintin, le petit reporter » qui se charge de cette tâche et part à sa recherche, tantôt à cheval sur sa moto, une terrot ancien modèle, tantôt grimpé dans sa fusée. Rien ne l’arrête !

Devant les grilles du château de Moulinsart, notre petit Tintin entamera sa quête, croisant sur son chemin les Dupond et Dupont, les « experts » de l’embrouille, le Capitaine Haddock, le célèbre marin au mauvais caractère mais au bon coeur, sans oublier évidemment, la non moins célèbre cantatrice Bianca Castafiore, et le professeur Tournesol, inventeur de génie, étourdi et sourd jusqu’au ridicule ! Tous ces personnages seront interprétés, pour leur plus grand bonheur, par de jeunes enfants entre 6 et 8 ans, entourés de leurs parents marchant autour du char.

Comment l’Amicale du Personnel du Grand Nancy en est venue à être présente sur le Défilé à Nancy ?

Il y a six ans, alors que j’étais Président de l’Amicale, le Grand Nancy a demandé aux retraités de l’Amicale si certains accepteraient de leur construire un char pour le Défilé, avec un budget alloué. Comme nous sommes tous des bricoleurs touche-à-tout et qu’on s’entend bien, nous avons accepté de relever le défi et de tenter l’aventure au moins une année. On a réussi et comme on a vraiment apprécié ce projet, nous ne l’avons plus quitté puisque nous en sommes aujourd’hui à notre 6ème édition !

Nous sommes huit « Amicalistes », c’est-à-dire retraités de la Métropole et adhérents à l’Amicale (qui regroupe 700 adhérents au total, retraités et en activité) en charge de ce projet : six sur la construction à proprement parler du char et deux couturières qui réalisent les déguisements. Des profils différents mais une seule fierté, celle de continuer de représenter la Métropole ! C’est important pour nous et puis, notre char, c’est un peu « notre bébé », on le bichonne, on l’accompagne et on veille sur lui. Comme on ne veut pas l’abîmer et qu’on a peur de le casser avant le Défilé à Nancy, nous préférons décliner toutes les sollicitations des différentes communes pour défiler dans les rues.

Pour nous, enfants, parents et adultes, défiler à Nancy, c’est toujours un émerveillement et c’est très agréable. Cela nous plaît beaucoup de voir tous ces chars et ces nombreuses animations. C’est vraiment grandiose !

Un souvenir à partager peut-être des Fêtes de Saint-Nicolas ?

Nous étions dans les années 1960 - 1965. J’avais entre six et dix ans. Avec l’école (j’étais au Montet), nous participions au Défilé à Nancy. Un appel était lancé à l’époque auprès des enfants, d’une école, d’une classe.

J’ai eu la chance d’être sélectionné à trois ou quatre reprises. Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que cela fait ! C’était important pour nous d’être choisis car c’était la fête ! La Saint-Nicolas, c’était encore plus important que Noël aujourd’hui ! Alors imaginez ! On faisait un peu bisquer les autres, ceux qui n’avaient pas eu la même chance que nous !

Et puis, il y avait aussi la Saint-Nicolas à l’usine. On avait droit à un film dans l’après-midi et même à un cadeau remis par saint Nicolas en personne ! C’était quelque chose !

Informations annexes au site